anaisberg


anaïsberg

Le goût pour raconter des histoires a commencé tôt dans mon enfance. J’ai écrit la première à neuf ans, «Zoé la mouche», que j’ai conservée et illustrée. À onze ans, je voulais devenir écrivain, et les encouragements de Michel Tournier (ma suite de «Vendredi ou la vie sauvage» avait été sélectionnée par ma classe de 6ème pour lui être envoyée) ne pouvait que me rasséréner !
J’ai écrit des nouvelles, des poèmes, passé une maîtrise de lettres en italien, écrit des histoires pour mon jeune fils et puis, ayant besoin de vie et de contact, j’ai écrit des chansons que j’interprétais. C’est lors du travail ennuyeux de mes gammes que je me suis mise à dessiner. Et le dessin est devenu alors bien plus important pour moi que l’écriture et la musique.
C’est en me formant à l’infographie et à la mise en page, avec cette possibilité de mêler texte et images, que je me suis remise à écrire, pour enfants et pour adultes. C’est alors que j’ai rencontré La Pimpante.
Bibliographie : L’arbre à poules, La promenade en âne, Le mystère des moutons, Le roi du cimetière La Pimpante